Étiquettes

, , ,

Qui n‘a jamais rencontré des difficultés à s’endormir dans une période de sa vie ?

  •  99% des gens  qui se disent stressés évoquent des troubles du sommeil…Ciel soir
  • 15 % des français sont insomniaques, 25 à 30%  évoquent des troubles du sommeil ayant des répercussions importantes dans leur quotidien.

La première réponse à  ces troubles est la prise de médicaments. 1 utilisateur sur 2 consomme deux médicaments associés pour s’endormir.

La prescription  d’une benzodiazépine pour un trouble du sommeil devrait être de très courte durée, entre 2 à 4 semaines pour un trouble ponctuel alors que très souvent, le traitement dure au mieux entre 5 à 6 mois et peut aller jusqu’à un an. On passe alors dans la chronicité avec de grosses difficultés pour s’en sortir.

Pourtant, le somnifère perturbe le besoin naturel de sommeil ; il altère sa qualité et sa durée. On descend moins facilement dans le sommeil lent et profond, qui est pourtant le sommeil de la régénération cellulaire et de la récupération.

Une fatigue chronique s’installe malgré le somnifère : on dort  mais on ne se répare pas ce qui entraine une dépendance au médicament . Lors de l’arrêt du somnifère on assiste souvent à une augmentation de l’insomnie.

Chat ki dortLe sommeil a également un aspect quantitatif : naturellement, nous sommes « programmés » pour être :

  • -des petits dormeurs : besoin entre 5 à 6 h de sommeil
  • -des moyens dormeurs : besoin entre 7 à 8 h de sommeil
  • -des gros dormeurs : besoin de plus de 9h de sommeil.

Il n‘y a pas de problème à être un petit dormeur. Ceci est lié à notre propre personnalité. Un petit dormeur qui fera la « grasse matinée » ne sera pas plus reposé en se levant deux heures plus tard. Il est intéressant de savoir qu’il y a un siècle, nous dormions 2 heurs en plus chaque nuit, il y a 20 ans, 1 heure en plus.
Aujourd’hui, en semaine, en moyenne, nous dormons 6h58 , ce qui est loin du besoin du dormeur moyen qui a besoin de 7 à 8 heurs de sommeil !

Les causes de cette dette de sommeil sont multi factorielles. On peut noter en outre :Coucher soleil lune

  • une baisse de la dépense physique  avec moins de fatigue physique
  • une « ultra connexion » , ordi, portable…. Qui maintient un niveau d’éveil et qui retarde l’endormissement. On rate alors son heure d’endormissement et donc un cycle, voire deux cycles de sommeil.
  • Cette ultra connexion coupe souvent la personne des signaux d’endormissement : yeux qui piquent, bâillement, sensation de froid, relâchement musculaire.

La sophrologie aide à retrouver l’accès à ses sensations, à sa corporalité et ainsi à monter dans le train du sommeil quand il arrive en gare.Bouddha

Cette ultra connexion est notamment très sensible chez les ados : ils sont connectés en permanence aux réseaux sociaux, à leurs boites mail et ainsi sont tout le temps en état de vigilance important.
Naturellement, le taux de cortisol diminue à partir de 20-21 heures.

Chaque message reçu entraine la sécrétion d’une petite dose de cortisol. Ors le taux de cortisol et de mélatonine ont une courbe croisée c’est à dire que lorsque le taux de cortisol augmente dans le sang, celui de mélatonine diminue.

De plus, la lumière bleue des écrans entraine une stimulation de l’œil qui bloque la stimulation de mélatonine. Le système de vigilance  reste en éveil et bloque la sécrétion de mélatonine.

Très souvent, de plus, chez les ados, le portable restant allumé, les arrivées de messages entrainent un sommeil fractionné. On observe alors une déstructuration totale du sommeil : l’ado se plait alors, non pas de sommeil perturbé, mais très souvent d’une fatigue importante avec difficultés d’attention et de concentration.

Le maintien de la vigilance en journée devient alors  pour eux une source d’angoisse importante ; on les voit souvent « piquer du nez » à toute heure….

Il est souvent nécessaire d’avoir recours à une information chez les ados :on peut parler de sophro pédagogie du sommeil.

Le sommeil n’est pas une perte de temps : il permet une récupération physique et une régénération cellulaire.

La sophrologie permet de se reconnecter avec ses sensations, ses perceptions corporelles : de se sentir de nouveau dans son corps de façon agréable et positive. Très souvent, les ados apprécient ce moment de détente qu’ils peuvent utiliser en toute autonomie.SAMSUNG CSC

Il est également important de connaître et respecter son chrono-type , c’est à dire gérer son rythme diurne-nocturne.

Il est utile de savoir si nous sommes des « couche-tard » ou des « couche-tôt » de façon à structurer son sommeil.

Nous ne dormons pas sur commande ; chacun d’entre nous à son rythme de sommeil  qu’il est important de respecter.

LES SOLUTIONS ?

 1- La sieste est chez nous anti culturelle ; la personne qui fait la sieste peut être considérée comme une paresseuse, une fainéante.

Pourtant, la sieste est un SOMNICAMENT : elle permet de revenir à une performance, à une qualité d’attention nécessaire pour finir la journée.

Attention :la sieste est interdite aux insomniaques !Reflet

Elle est recommandée d’une durée de 20 minutes pour passer dans un sommeil léger, au bord du sommeil. Elle permet un récupération et une régénération. Au fur et à mesure de cette pratique, elle vient rapidement à la demande.

2- La micro pause dans la journée : à l’aide de la respiration ventrale, nous pouvons quitter les tensions aussi bien physiques que mentales. Elle permet de récupérer très rapidement, de baisser le taux de vigilance, de lâcher prise le temps d’un moment.

La sophrologie permet de mettre en place très facilement ces micro pauses et d’éviter les réveils nocturnes vers 3-4 heures du matin avec ruminations mentales, dues à un excès de stress dans la journée.

3- les rituels d’endormissement :  on programme son sommeil, son endormissement ; ce rituel nous permet d’être dans l’instant présent  et de préparer « notre nid ».

BouddhaLa sophrologie propose différents outils pour préparer ce moment de façon positive .
Il n’existe pas de solutions ; Il existe votre solution.
A chacun son sommeil !

Belle  nuit !

Publicités